Skip to main content

Moi, mais en mieux 2.

shikiryu.com

Shikiryu

#deGAFAMisation − post 1 − Facebook

4 min read

Depuis plus de 3 ans maintenant, j'ai stoppé mon utilisation de Facebook.

Au départ, c'est difficile

On ne va pas se mentir, on devient vite accro. Les news qui arrivent rapidement sur ton «mur», tes proches à portée de clic, tes potes qui t'envoient des messages, c'est toujours plaisant et pratique.

Néanmoins, on le voit bien, ce n'est pas sans contrepartie (lecture obligatoire de ce dernier lien !). Je dirais même qu'une fois que tu as lu tous ces articles lanceurs d'alerte, que tu travailles dans l'informatique et que tu vois comment le monde géopolitique part en vrille, tu te dis qu'il faut arrêter.

Facile à dire, difficile à faire. Comme tout le monde, mon 1er argument pour ne pas le faire a été « c'est le seul endroit où j'ai le contact de xxx ». Mais, réfléchis, comment on faisait avant Facebook ? Les gens ont TOUS un téléphone portable, et quasiment tous une adresse e-mail. Sans Facebook, tu évites tous ces inconvénients et, ouvres les yeux, ils sont nombreux. Et, en appelant les gens, leur envoyant des sms, leur envoyant des photos par e-mail, tu te rapproches beaucoup plus d'eux qu'en « likant leur statut ».

Mais finalement, pas si difficile

En refléchissant et en observant, on se rend compte qu'on a 3 types d'« amis » sur Facebook :

  1. Les technophiles : ils sont tout le temps sur Facebook mais ont forcément une adresse email et un smartphone. Ils sont contactables par ailleurs.
  2. Les absents : ils ont un compte Facebook mais soit ils n'y vont plus, soit ils ne font qu'observer. Ils peuvent, voire même doivent, être contacté autrement. Demandez-leur leurs coordonnées avant de partir.
  3. Les inconnus (ou presque) : ils ont été accepté sur un doute (je le connais lui ? Je sais plus, allez, je l'accepte, on verra bien). Mais finalement, soit on le connait vraiment pas (inutile), soit c'est une vieille connaissance de 3ème avec qui on n'a rien à raconter. On peut les oublier.

Donc, au final, il n'est pas impossible de perdre contact avec certaines personnes, c'est la vie.

Alors, comment faire ?

Les étapes pour s'en aller sans trop de difficulté :

  1. Supprime l'application de ton téléphone. C'est par là que tu es facilement le plus accro. Les statistiques ne trompent pas, les gens vont plus souvent sur ce site via l'application et celles associées (whatsapp, messenger, …)
  2. Supprime ton compte. Identifie toi une dernière fois sur le site, fais une sauvegarde (c'est une option dans ton compte ; ça te permet de récupérer toutes tes images, amis et status) puis supprime ton compte.
  3. Résiste. Facebook envoie des mails de relance, des mises à jour de statut de tes potes, etc. pendant quelques temps. Ne te fais pas avoir, résiste et au bout d'un moment, ils arrêtent.
  4. Bloque le nom de domaine. Il y a plusieurs moyens (modification du fichier hosts, ajout du domaine dans ton bloqueur de pub, utilisation de logiciel spécifique, …)

 

Enfin, y a-t-il des alternatives ?

TL;DR : Non, enfin pas vraiment.

C'est malheureux mais le principe de Facebook est de retrouver tout le monde et n'importe qui. Et donc d'être centralisé. Et même si une société veut concurrencer Facebook sans tout ses travers, rien ne dit qu'elle ne le fera pas à l'avenir et que l'histoire ne se répétera pas.

Ce qui se rapproche le plus c'est Diaspora* a bien quasi toutes les fonctionnalités de Facebook et fonctionne par pods. Ainsi, on peut s'inscrire à un pod et migrer vers un autre si ça se passe mal. Mais l'interconnexion des pods s'arrêtent là et c'est bien dommage.

Twitter est pas mal aussi (c'est centralisé, c'est propriétaire mais c'est moins dans la sphère privée ; on est moins enclin à partager des choses privées) mais c'est difficile à utiliser/comprendre pour madame Michu.

Bref, moi, depuis mon départ, c'est mails, appels et sms (et un peu twitter). Et cette simplicité me suffit !

Après, à vous de voir !

Shikiryu

Bonne année 2017 & bilan 2016

5 min read

Bonné année 2017 les gens !

Comme beaucoup, afin de bien commencer cette nouvelle année, je fais un bilan de l'année précédente, ainsi que, allez, des résolutions pour la nouvelle année pour faire original.

Présence en ligne :

Comme on peut le constater ici, mais aussi sur mon compte twitter, cette année, je n'ai pas beaucoup « parlé » en ligne.

Mon compte steam a aussi beaucoup moins d'heures de jeux.

Quant à ma présence sur github, elle a été pauvre aussi.

À part sur certains chats, ma présence publique en ligne a été très pauvre.

Personnel :

Sur le plan personnel, cette année fut plutôt catastrophique (malgré la naissance d'un enfant qui avait bien commencé l'année) :

  • Décès de 2 grands-parents
  • Soucis de voisinage qui nous a fait ne plus habiter chez nous pendant 3 mois (!) et qui a bien failli nous envoyer au tribunal
  • Des maladies à répétition pour les enfants
  • De gros problème de dodo pour le nouveau né
  • Un travail plan-plan
  • Des soucis financiers
  • J'en passe et des meilleurs…

Bref, avec tout ça en plus des news affreuses (Élection de Trump, attentats, décès multiples, la politique française en général, …), j'ai du mal à me rattraper à quelque chose et j'ai aussi perdu la moitié de mes cheveux, true story.

Mais alors, qu'ai je fait cette année :

Je me suis beaucoup investi pour les enfants, forcément. Mais aussi auprès de ma compagne qui souffre le plus des problèmes de sommeil du petit.

Cette année, je suis passé d'un mutualisé à un VPS car je voulais apprendre à gérer un serveur. J'avais déjà pas mal de connaissance mais là, je commence à vraiment être pas mauvais ; à bien connaitre les lignes de commandes utiles, les astuces, etc.

Je suis ensuite passé d'un VPS à un dédié : le grand saut. Pas de la tarte mais pas de regret.

J'ai aussi continué ma déGAFAMisation mais ce n'est pas finit − j'en parlerai plus en détails par ailleurs. Ceci m'a donc forcé à trouver des alternatives, à installer beaucoup d'appli (à en désinstaller beaucoup aussi ;-) ), voir à patcher des choses.

J'ai aussi beaucoup lu aussi bien des choses techniques (forcément) que des romans.

Je suis passé sous Linux. Je l'étais au travail depuis l'été 2015 mais là depuis 4-5 mois, je le suis aussi à la maison (en dual boot quand même, faut bien garder steam). D'ailleurs, ma collection steam passe de ~200-300 jeux à 50~70 sous linux :-(

J'ai quitté lastpass pour keepass, histoire de gagner quelques euros.

Ce que je n'ai pas fait cette année et regrette un peu :

  • Avoir décalé la date pour aller voir ma grand-mère… décédée peu après…
  • Etre resté sur un windows phone. Suite à la panne de mon FFOS, je ne voulais absolument pas passer sur Android et je n'ai pas les moyens de prendre un iPhone ou même un Ubuntu Phone de qualité. Je devrais le refaire, je tenterai un Android directement juste en FOSS comme je l'avais avec mon regretté geekphone.
  • Ne pas être passé sous Linux plus tôt !
  • (gagner au loto, ça compte pas mais quand même…)

Que vais-je faire l'année prochaine (résolutions !) :

Je vais contacter plus souvent mes proches et aller les voir. J'ai déjà commencé depuis septembre, ça fait du bien.

J'ai passé mon temps à développer, à lire des docs techniques, à tenter des choses, je vais maintenant écrire ! Merci Genma pour le coup de pouce !

Oui, je vais écrire ici même, non pas des romans mais de sujets qui m'intéressent :

  • ma dégooglisations (ou ma déGAFAMisation plutôt)
  • mes tentatives d'hébergement d'applications (des tutos d'install, des commentaires sur les applis, etc.)
  • peut-être 1 ou 2 dessins de temps en temps qui sait, j'ai resorti ma tablette graphique
  • de jeux si j'y joue

J'aimerais aussi continuer à traduire certaines applis, je m'y suis dernièrement. (Mais celle là c'est vraiment pas sûr que je la tienne)

Je vais sans doute quitter fastmail pour un autre hébergeur plus proche et moins copain des USA, mais on verra (ils sont cool quand même et pas trop trop cher).

Enfin, depuis mon passage sur le dédié, j'ai commencé un wiki perso d'installation d'application web et desktop qu'il faudrait que j'ouvre et que je continue.

Shikiryu

Installer un SSL Let's Encrypt sur un NAS Synology

2 min read

  1. Une fois la demande acceptée pour le sous-domaine du NAS sur let's encrypt : via ce formulaire (cela peut prendre 1 à 4 jours de mon expérience)

  2. Aller dans File Station et créer le dossier partagé web ainsi que le sous-dossier .well-known/acme-challenge.
    note: il faut activer "Web Station" afin que le serveur de let's encrypt puisse joindre le NAS sur le port 80 (Configuration > Service web > case "Activer Web Station")

  3. Sur un terminal linux (personnellement, j'utilise mon VPS via SSH mais on peut utiliser n'importe quel linux, voire sans doute via cygwin) :
    git clone https://github.com/letsencrypt/letsencrypt
    cd letsencrypt
    ./letsencrypt-auto --agree-dev-preview --server https://acme-v01.api.letsencrypt.org/directory certonly -a manual

  4. Taper le nom de domaine du NAS et accepter que l'IP soit logguée.

  5. Un nom de fichier et un contenu vont être affichés. /!\ Surtout ne pas taper sur entrée ou faire de ctrl + c

  6. Créer un fichier dans le dossier acme-challenge nouvellement créé avec le nom et le contenu donnés.
    Personnellement, j'ai créé le fichier sur mon poste et uploadé via File Station (vu que j'étais déjà dedans)
  7. /!\ Très important, apparemment, le fichier DOIT être en UTF-8. S'il est déjà sur le NAS, faire un clic droit > Editer sur le fichier, puis modifier l'encodage via l'éditeur de texte du NAS.
  8. Revenir sur la console linux et enfin appuyer sur Entrée. Les certificats seront dans /etc/letsencrypt/live/nomDeDomaineDuNAS
  9. Prendre cert1.pem, chain1.pem et privkey.pem 

  10. Les importer sur le NAS, via le Panneau de configuration > Sécurité > Certificats > Importer

  11. Clef privée = privkey1.pem ; Certificat = cert1.pem ; Certificat intermédiaire = chain1.pem
  12. ENJOY ! :-)

source : https://community.letsencrypt.org/t/synology-nas-using-le-as-a-ca-signing-authority/453/15

Shikiryu

L'esprit start-up

3 min read

Encore une expression des qui me fait tiquer.

L'esprit startup ne veut rien dire en soi. Déjà, le terme startup n'est pas forcément compris par tout le monde de la même manière.
J'ai déjà eu un débat houleux à ce sujet avec d'anciens collègues. Essayez, vous verrez, c'est rigolo ; surtout avec des gens qui ne sont pas dans ce milieu.

Pour rappel, la définition actuelle de startup par Wikipedia est plutôt floue :

La startup (ou jeune pousse) est une jeune entreprise à fort potentiel de croissance et qui fait la plupart du temps l'objet de levée de fonds.

On parle également de startup pour des entreprises en construction qui ne sont pas encore lancées sur le marché commercial (ou seulement à titre expérimental). Elle est en phase plus ou moins longue de développement d'un produit, de test d'une idée, de validation d'une technologie ou d'un modèle économique. Le risque d'échec est supérieur aux entreprises traditionnelles du fait des petites tailles et du manque de visibilité de ces structures.

potentiel, la plupart du temps, qu'est ce qu'un fort potentiel de croissance, à quelle âge une entreprise n'est plus jeune,… ?

Bref, le 1er terme n'est pas bien défini, comment un autre l'englobant peut être clair ? Spoiler : il ne l'est pas.

Lors de mes dernières recherches d'emploi, comme pour l'entreprise à taille humaine, j'en ai profité pour demander leur définition de l'esprit startup aux différents recruteurs. Même conclusion, peu de points communs.
Par contre, tous ne m'ont parlé que des côtés positifs, évidemment. Certains sont crédibles et/ou intéressants.

Exemples :

Equipe jeune : ça ne veut pas obligatoirement dire que la moyenne d'âge est basse mais potentiellement que l'équipe est nouvellement formée. Heureusement pour moi, parce que je ne suis plus très jeune ;) C'est à double tranchant et habituellement, je demande à la boite ce qu'ils veulent dire par là.
Babyfoot, jeux vidéo et cie : Bien que très tentant, cela ne peut pas marcher. Regardez la définition de startup ci-dessus et vous comprendrez ! Les membres des startup n'ont pas le temps de jouer ! Alors, ok, à la pause déj pourquoi pas mais c'est tout. De plus, j'aime bien être payer pour les heures que je fais. Si je joue, je ne travaille pas, ça décalera donc mon heure de départ d'autant. Impossible dans mon cas.
Horaires souples : Les recruteurs le disent tous. Les annonces l'indiquent toutes. Pourtant, quand tu arrives en entretien et que tu dis que tu as des contraintes de temps liées à la crèche, tu vois des visages qui se décomposent.
Nouvelles technologies : C'est souvent vrai. L'intérêt d'être dans une startup est de travailler sur des technologies récentes et de progresser rapidement.

Il y a pleins d'autres arguments, jamais vraiment identique. Bref, nos braves ont mis un terme générique sur plusieurs définitions. Bravo.

Mon avis :

Je n'ai rien contre les startups (peu importe la définition). Je n'ai rien contre les non startups non plus d'ailleurs. Mais arrêtez avec l'esprit startup. Décrivez la boite, l'ambiance, l'organisation et les avantages (et même les inconvénients) et ça suffit ! Vous avez fait votre job !

Shikiryu

À taille humaine

1 min read

Les aiment les mots clés. C'est un fait.
Le terme à taille humaine pour catégoriser l'entreprise est utilisé depuis très longtemps (je le voyais déjà un peu il y a 7 ans).
Malheureusement, il veut tout et rien dire ; cela dépend principalement de la personne que vous avez en face.
Ainsi, lors de mes dernières recherches d'emploi, j'ai pu demander aux recruteurs leur opinion sur la taille d'une entreprise à taille humaine. Personne n'avait la même réponse.
Et pour cause, cette expression est utilisée quasiment pour toutes les annonces que ce soit pour des starts up d'une dizaine de personnes, que pour une SSII reconnue comprenant un millier d'individus !

Mon avis :
Pour moi, "à taille humaine" signifie que l'on puisse connaître toutes les personnes avec lesquelles on travaille ; au minimum, connaître leur prénom.
Ainsi, avec plus de 50 personnes, ce n'est plus faire partie de cette catégorie à mon avis.

Autant dire que je zappe carrément ce terme en lisant les annonces, voire j'évite les annonces le contenant. À bon entendeur !

Shikiryu

Pourquoi je n'aime pas les DRM

2 min read

Une fois n'est pas coutume, dans le but de faire de la place dans ma cave, j'ai trié des cartons.
Geek comme je suis, il y avait des tonnes de CD de jeux PC dont certains neufs, même sous cellophane, d'autres plus ou moins légaux dont je ne sais pas quoi faire (invendables, quasi indonnables vu leurs âges, non recyclable - je n'ai pas assez d'arbres sur lesquels les accrocher pour effrayer les oiseaux).

Dans ce tas de jeux, la vision de certains titres m'ont fait sourire comme j'y repense avec nostalgie. Et les neufs me font penser mais pourquoi l'ai-je acheté ?

Venons en au vif du sujet, un de ces jeux était "Freedom Force VS the 3rd reich" (2005 et ça se voit, 10 ans que je traine le CD :-)).
Je sais, dis comme ça, ça tente pas… sauf si on connait un peu la série en question.
Donc, bref, acheté, jamais installé, jamais essayé. Je me dis que c'est le moment où jamais.
Sauf qu'une fois installé, le jeu me lance ce beau message :



Horreur, j'ai l'impression de retourner des années en arrière avec les blocages de jeux par DRM où on est coincé sur son système (ou pas loin) et obligé d'avoir un lecteur CD/DVD et le CD/DVD à l'intérieur (ce système avait un nom dont je ne me souviens plus mais que je detestais déjà à l'époque).
Un tour sur gamecopyworld (ma mémoire est bonne, je ne suis pas allé sur ce site depuis au moins 15 ans) que je pensais mort m'indique que le dernier patch date de 2005, soit bien après win7 et je n'ai même pas eu envie d'essayer de le faire fonctionner.

On ne voit plus trop ce genre de système car il a été remplacé par le dématérialisé, autre DRM moins intrusif mais bien bloquant tout de même.

Ma résolution 2015 de me passer un maximum de tous systèmes propriétaires et/ou bloquant devient de plus en plus tangible, importante.

Bon, là, ce n'était qu'une anecdote parmi tant d'autres basée sur les jeux vidéo, il y en a d'autres sur d'autres domaines comme matériel (Kindle, coucou) ou logiciel que je conterai plus tard !